disparition de certains métiers de la banque

Révolution numérique : zoom sur les métiers bancaires qui pourraient disparaître d’ici 2050

Le résultat des études réalisées par l’Institut Sapiens révèlent qu’un bon nombre de métiers bancaires pourraient disparaître à l’horizon 2050.En effet, le secteur bancaire et de l’assurance se trouvent dans la ligne de mire car ce sont les secteurs sur lesquels le numérique bat son plein ! Autrement dit, la digitalisation des tâches telles que la compatibilité, la gestion de portefeuille et le service clientèle représente une réelle menace pour les postes occupés par des personnes physiques.

Depuis l’année 1986, des métiers bancaires traditionnels tels que le transport de fonds, ont disparu et cette tendance risque de se poursuivre dans les années à venir selon les prévisions des experts de cet organisme. Ce phénomène est d’ailleurs amplifié par l’apparition des nouvelles banques en ligne proposant des offres incontestablement attrayantes.

Les groupes de métier susceptibles de disparaître

Les métiers bancaires classés dans le statut de cadre et de salarié seront les plus touchés par cette mutation technologique. Effectivement, selon le recensement de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère du Travail (Dares), la disparition des postes liés à ces statuts est étroitement liée à l’essor du service numérique.
De ce fait, afin de rendre ses hypothèses bien en phase avec la réalité actuelle, les experts de l’Institut Sapiens ont basé leur analyse sur les données de la Dares, ce qui leur a permis de sélectionner cinq catégories de professions fortement susceptibles de ne plus exister en 2050. Voici leur liste selon un degré de risque d’extinction croissant :

  • le poste de manutentionnaire (transport de liquidité, transport de matériels divers etc.) ;
  • le poste de secrétaire bureautique et de direction ;
  • le poste d’agent comptable et d’audit (les écritures comptables seront effectuées automatiquement par des logiciels au fur et à mesure des transactions effectuées) ;
  • le poste de caissier et de coursier ;
  • les postes rattachés aux services bancaires et d’assurance;

Bref, les métiers bancaires et d’assurance sont les plus menacés par cette disparition (leur effectif a diminué de 39% entre 1986 et 2016, soit de 323 000 à 253 000 employés).

Les métiers bancaires les plus menacés par la digitalisation des procédures

Comme évoqué plus haut, les métiers bancaires les plus actifs dans le monde de la finance seront victimes de leur propre succès vu l’ascension fulgurante des plateformes de gestion de fonds en ligne.
Ce risque est d’autant plus accentué pour :

  • Les agents de guichets (ils seront remplacés par les logiciels de gestion de fil d’attente)
  • Les télé-conseillers (il feront place aux assistants virtuels)
  • Les commerciaux (la promotion des offres sera entièrement numérisée)
  • Les employés de services techniques (l’intelligence artificielle sera à même de résoudre tous les problèmes d’ordre opérationnel)

Cependant, la mutation technologique va créer une opportunité pour les jeunes étant donné que la compétence de ces derniers sont incroyablement adaptés au monde du numérique. D’ailleurs, les consommateurs sont de plus en plus attirés par les produits proposés par les Fintechs innovantes disponibles en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *